Kaya vs. Cayouche

Chaque personne que je rencontre croit souvent que je ne préfère qu’une sorte de musique. Pourtant, ma discothèque accumulent une variété de pistes depuis bien des années : des chansons d’avant et de maintenant, de tous genres et de toutes langues, que j’écoute et je réécoute.

Je vais faire une courte comparaison aujourd’hui de deux musiciens très différents que j’aime bien. Les adeptes de l’un ne connaissent habituellement pas l’autre. En fait, on est toujours surpris, voire un peu dégoûté, de savoir que quelqu’un peut aimer ces deux sortes. Alors, votre Acadien au Japon étant un connaisseur en bizarreries à le devoir d’établir de telles relations.

Permettez-moi de vous présenter et de comparer…

Kaya, chanteur japonais de synthpop et de dark wave, en tête du groupe Femme Fatale.

Cayouche, chanteur acadien de country, artiste qui joue en solo.

Origines

Kaya est né un 17 juillet dans la préfecture de Tokushima, situé dans l’ouest du Japon, probablement entre les années 1979 et 1981. À l’âge de 3 ans, après une de ses performances dans le câdre d’un festival, il décide de devenir chanteur. Il suit des cours de piano et écrit ses propres chansons. Ensuite, il joint son premier groupe à 18 ans.

Cayouche est né en 1948 à Moncton (Nouveau-Brunswick, Canada) et déménage à Boston (Massachusetts, États-Unis) à l’âge de 13 ans. Après avoir servi pour le corps de marine des États-Unis de 1966 à 1969, il retourne au Massachusetts et ensuite au Canada en 1979, où il vagabonde pendant huit ans. Il produit son premier album en 1994.

Musique

Les chants de Kaya varient de styles, incluant des influences du punk, du rock gothique, de l’électro-rock, et même de la chanson française. Ses paroles traitent d’amour et de drame.

La voix de Cayouche est centré sur le country. Ses chansons parlent de la vie de tous les jours typique d’un itinérant.

Image

Kaya s’habille en femme, d’une classe inspiré des drag queens, portant des robes et des costumes plus extravagants les uns après les autres avec des perruques tout aussi impressionnantes. Il chante sur la scène avec une grâce digne d’une actrice de théâtre de la Belle Époque à la fin du XIXe siècle.

Cayouche s’habille en bucheron, similaire à Fardoche, avec des chemises carottées. Sa longue barbe rugueuse exprime le parcours d’un long chemin et inspire la robustesse. Il chante sur un plateau avec une caisse d’Alpine qui s’accorde avec son allure d’hippy.

Aujourd’hui

En plus de ses spectacles en solo, Kaya chante pour deux groupes : Schwarz Stein et Femme Fatale. Son plus récent album est Gothic, sorti en 2013.

Même après avoir prit sa retraite, Cayouche a sorti un album en 2011 intitulé Last Call et participe à des festivals. On dit aussi qu’il est agent secret à temps partiel.

Ces deux artistes ont quoi en commun ? Rien, à part mes deux oreilles. Ceux qui se demandent ce que j’écoute vont remarquer ce que mon balladeur contient n’est rien d’habituelle. C’est ce que j’essaie de vous faire comprendre, en tout cas, en essayant de sortir les adeptes de musique à l’extérieur de leurs zones de confort.

C’est tout pour maintenant. La prochaine fois, je crois comparer Kyary Pamyu Pamyu avec Lisa LeBlanc.

À bientôt !


Références
Sources des images (en ordre d’apparation du matériel)